Tiger Woods – Le premier rugissement du tigre

Tiger Woods débuta son règne à Augusta : Premier Masters, première victoire, tous les records ont été battus !

Il commence par exploser sur les neuf premiers trous. 40 coups pour boucler la moitié du parcours ! Un score énorme quand on est annoncé comme le nouveau dieu du golf descendu sur terre. Puis les ricanements cessent. Tiger Woods vient de se réveiller.

Ceux qui le connaissent depuis l’adolescence, dont il sort à peine (il a fêté ses vingt et un ans quatre mois plus tôt), décèlent qu’il a remis son cerveau à l’endroit. Or son cerveau est le muscle principal du génie noir du golf.

Tapant des coups d’une pureté absolue, ne commettant plus une seule erreur, il va boucler les neuf derniers trous d’Augusta, où le score demandé est égal au score prévu sur les neuf premiers, en 10 coups de moins ! Ce premier parcours de la longue marche, le

jeudi matin, doit le conduire le dimanche soir à sa première victoire dans le Masters, l’avènement de son règne déjà historique.

Au cœur d’une furie populaire indescriptible, dès le dernier putt enquillé, il tombe dans les bras de

son père : ” On l’a fait, Papa ! ”

Pour le “Tigre”, ses proies sont ses adversaires et sa jungle, un parcours de Golf où il évolue avec fierté tel un fauve que l’on a raison de craindre.

Laissant le clan à son émotion, on fait froidement les comptes. Tiger Woods ne s’est pas contenté, si l’on ose dire, de gagner. Il a battu tous les records : plus jeune vainqueur de l’Histoire, premier champion de couleur, plus bas score total affirmant d’emblée qu’il sera un

superlatif à lui seul. Son prédécesseur au palmarès, lui aussi roi du golf, l’Anglais Nick Faldo, lui passe sa Veste Verte. Son sourire éblouit.

Certains remarquent qu’à Augusta à peine quinze ans plus tôt, tous les joueurs étaient blancs et les caddies, par obligation même si l’on présentait le fait comme une sympa éthique tradition, étaient tous afro-américains. Là, comme un ultime coup de tambour à l’attention d’un monde qui change, c’était un jeune champion noir qui triomphe sous le regard ému de son vieux caddy Fuffy. Un Blanc…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *